Une personnalité bordelaise nous confie ses coups de cœur culturels
par Nathalie Vallez.

Marie-Laure Hubert-Nasser nous surprend une fois encore avec ce recueil de nouvelles. On retrouve toujours la même urgence d’écriture dans ce nouvel opus de la directrice de la communication de la ville de Bordeaux. Avec une maîtrise de plus en plus affirmée, et une forme qui change radicalement à chaque publication. C’est en regardant une série photo de l’artiste bordelaise Nathalie Geoffray de Calbiac que Marie-Laure s’est projetée dans ces chambres aux lits aux draps froissés ; « J’écris en boucle, commente-t-elle, c’est un cycle permanent, je lis et je recorrige ». Dans ces moments de totale intimité, Nawel, Luc, Georgia ou Mélanie font face à leur destin. Son inspiration puise aussi dans tous les gestes du quotidien qu’elle observe et décortique ; « J’aime me glisser dans la peau des autres. J’habite mes personnages ». Férue de culture, Marie-Laure Hubert Nasser nous fait partager ses coups de cœur, qui sont aussi des histoires d’amitié et de fidélité.
« Semblant sortir du noir » de Marie-Laure Hubert-Nasser – éditions Passiflore

Mon roman

Je suis totalement adepte de la saga L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante. J’y ai retrouvé l’atmosphère de Naples que j’avais découverte l’an passé, les sensations, et puis elle ose dire des choses très fortes, sur la sexualité féminine en particulier. J’ai aussi adoré Continuer de Laurent Mauvigné. C’est d’une force et d’une puissance incroyables, une vraie bombe littéraire. Je l’ai, depuis, offert à plusieurs de mes proches.

beau-bon-bordeaux-Le profil culture de Marie-Laure Hubert-Nasser

Mon film

Je vais souvent au cinéma, et je suis assidûment les festivals, Cinopsy’s, FIFIB… tellement engagés pour nous faire découvrir des perles, des œuvres originales ou pleines de fantaisie. Sinon, j’ai été littéralement bouleversée par le dernier film de Xavier Dolan Juste la fin du monde.

beau-bon-bordeaux-Le profil culture de Marie-Laure Hubert-Nasser

Mon expo

J’ai été bluffée par l’expo O Couleurs ! qui vient de se terminer au Musée des Arts Déco. Déjà rien que le lieu : l’ancienne prison avec ses cellules, ses messages gravés. J’ai eu la chance de suivre une présentation commentée et c’était vraiment incroyable de découvrir ces différentes pièces, pour finir dans l’espace de repos de Verner Panton ! Il faut aussi prendre le temps de s’arrêter au nouveau resto – salon de thé tenu par Bruno et Marie.

beau-bon-bordeaux-Le profil culture de Marie-Laure Hubert-Nasser

Mon lieu culturel

La Base sous-marine, je peux y aller uniquement pour rêver. Et puis, elle est encore tellement empreinte de la personnalité de Danièle Martinez* dont j’étais une proche. J’avais adoré l’exposition photo Probabilité du miracle de Gérard Rancinan en 2016.
* Ancienne directrice de ce bâtiment qu’elle a contribué à transformer en espace culturel, décédée en février 2017, ndlr.

beau-bon-bordeaux-Le profil culture de Marie-Laure Hubert-Nasser

Mon beau livre

Je suis Nathalie Kaïd depuis plusieurs années. Le recueil de photos « S’aimer tatouée » qui vient de sortir raconte le destin de 300 femmes tatouées qui racontent leur « passage à l’acte ». Le tatouage est toujours très signifiant d’un vécu.

Mon artiste bordelais

J’en ai plusieurs, car ce sont des artistes auxquels je suis restée fidèle. J’aime énormément les photos tableaux de Rodolphe Martinez. Plusieurs séries me touchent particulièrement : ses statues dans la rue, les vacances au bord de la mer, son regard sur la plage… J’ai été très touchée par le travail de Nathalie Geoffray de Calbiac, un travail engagé, social esthète et très intello, qui suscite beaucoup d’émotion. Enfin, je suis une inconditionnelle des photos d’Eloïse Vène, c’est lumineux, poétique. J’ai été bluffée par la série qu’elle a réalisée pour illustrer mon dernier roman. Je lui ai raconté le pitch, et elle a réalisé le sentiment que j’éprouvais !

www.nathaliegeoffraydecalbiac.fr
www.nathaliekaid.fr
www.eloisevene.com


Crédits photos : portrait ©Nathalie Kaïd, base sous-marine ©PHOTOPQR/SUD OUEST/Bonnaud Guillaume

Laisser un commentaire