par Guillemette Bardinet

 

beau-bon-bordeaux-Événementiel bordelais !

 

Ici il se passe moins de choses au sens événementiel visible et branché du terme, le nouveau venu doit s’y faire, sous cet angle il sera moins gâté, c’est le prix à payer pour cette vie-là.

Mais cette tranquillité a aussi du bon dont je te livre un échantillon : A partir des beaux jours, la ville le week-end ressemble à un désert les jours de cagnard, les nouveaux arrivants ou les touristes en goguette se demandent où nous sommes.

Ne cherche plus, tout le monde est parti se rouler dans les vagues, profiter de son mobil home, de son carrelet, de sa villa ou de son coin de serviette. C’est le top one de tous nos événements : le vernissage de la plage, le premier pâté de sable, le baptême de plouf… Attention aux embouteillages d’ailleurs…

On ne lance pas les tendances certes mais se carapater sur la côte en une heure (trafic non compris en partant avant 11h et en rentrant avant 16h ou après 20h) aux beaux jours, qui dit mieux ?

Même les affaires se font et se défont à partir de tous les week-end end du mois de mai entre serviette de plage, planche de surf et villa (cabane ou palace dont seul l’emplacement compte).

Notre ambition à nous c’est aussi cela : bien vivre et profiter de la campagne, du soleil ou de la playa dès que possible, c’est constitutif de notre état de bordelais.

C’est avec stupeur que tu découvriras cette transhumance : tu subiras ton baptême des bouchons du dimanche et c’est juré la prochaine fois tu “décolleras” avant 11h. C’est aussi cela devenir bordelais, éviter les bouchons ou savoir qu’ils sont inévitables et s’y résigner : la route du Porge, de Lacanau, du Cap Ferret ou d’Arcachon, c’est notre périf du week-end à nous quand on part trop tard mais au bout il y a la mer ou la sieste sous un cerisier.

Pour l’anecdote : Certains lycées et collèges proposent des cours de surf à leurs élèves les mercredi aprèm de l’automne et du printemps, si ce n’est pas tendance ça ? Tu peux toujours essayer de la lancer à Paris plage ou au bord du Rhône celle-là

 

L’arrivée des beaux jours, c’est notre événement récurrent, notre festival préféré. Il ne coûte rien à la ville et nous rend joyeux.

 

C’est à ce moment-là que BGV intervient : Je t’aurais conseillé de partir tôt, de rentrer tard et je t’aurais même indiqué le petit raccourci ainsi que le petit restau de derrière les fagots, le coin près du lac, la plage aux caillebotis…

Laisser un commentaire