“Le Bassin”: un monde à part, magnétique, où se mêlent dans une douce féérie le sable et l’eau.
C’est un petit paradis bleu, nourri par le mélange des flots salés de l’océan et des eaux douces de la Leyre. Une lagune enchâssée dans les terres, frangée de pins, et cerclée par un ruban de sable, qui culmine majestueusement avec la dune du Pyla, la plus haute d’Europe.
Un univers avec sa mythologie propre et son vocabulaire sur mesure: les parcs à huîtres qui disparaissent sous les eaux à marée haute, ne laissant dépasser que leurs piquets de bois ou “pignots”, servant à délimiter les parcelles; les “pinasses”, typiques embarcations de pêche à fond plat qui voguent paresseusement d’une rive à l’autre; les chapelets de maisonnettes aux tons vifs qui pimentent le décor; la réserve naturelle du Banc d’Arguin, dont les contours varient selon les caprices des courants et des vents; et en plein cœur du Bassin, la mystérieuse île aux Oiseaux, veillée du haut de leurs pilotis par les célèbres “Cabanes Tchanquées”. Le temps semble s’être arrêté là… douce illusion.
Entre ciel et mer, c’est toute la palette des bleus qui décline ici ses tons changeants, soulignée par la ligne dorée du sable.
À l’ombre des cabanes ostréicoles, les huîtres fraichement recueillies se dégustent au plus près de l’eau, face au grand bleu.

Laisser un commentaire