Longer Bordeaux par la Garonne, c’est découvrir, entre la ville et son fleuve, une histoire passionnée.
Avec la renaissance de la rive droite, point d’équilibre entre les deux berges, le fleuve devient l’artère centrale de la ville.
Ville portuaire, Bordeaux a forgé son identité en étroite intimité avec son fleuve: par lui, elle a tiré l’essentiel de ses richesses, son ouverture au monde et son ADN cosmopolite en commerçant avec le lointain, via l’océan tout proche.
Embarquer sur les flots de la Garonne, c’est donc voyager d’un même élan dans la géographie et dans l’histoire: la rive gauche, blonde et minérale, avec son majestueux ruban de façades XVIIIe que toisent parfois de fiers paquebots ou bâtiments de guerre amarrés dans le port de la Lune, nous rappelle qu’historiquement, tout a commencé là; et la rive droite, derrière son rideau de verdure, renaît discrètement de ses cendres industrielles, sous un jour éclatant de modernité. Partout où le regard se pose, patrimoine ancien et éléments d’avant-garde s’épousent harmonieusement, à l’image du tramway filant sans bruit sur le Pont de pierre, ou de l’audacieux pont Jacques Chaban-Delmas hissant sa travée levante pour laisser passer les trois-mâts du légendaire Belem.

Navettes fluviales, navires militaires, paquebots de croisière, embarcations de plaisance… la Garonne se parcourt à tous vents.
Depuis le Pont de pierre voulu par Napoléon, sept autres franchissements ont enjambé la Garonne à Bordeaux… un huitième d’ici 2020 !

 

Laisser un commentaire